Linux Party 2008 à l'EMI (Maroc)Comme je l’avais souligné dans cette annonce, je n’étais pas présent à la Linux Party. Heureusement, Lamdauf (un étudiant sympa que j’ai rencontré lors des précédentes Linux Party) a bien accepté de nous donner son avis, de nous faire son compte rendu !

Le compte rendu de Lamdauf

Le samedi (19 Janvier 2008, ndlr), j’ai assisté à la huitième édition de la Linux Party, organisée par les élèves ingénieurs de l’EMI. L’édition de cette année avait pour thème : « normes de qualité et logiciel libres, enjeux et perspectives pour l’entreprise ».

À neuf heures, j’étais à l’EMI. Il n’y avait presque personne, à part les membres du comité organisateur et les conférenciers. Le nombre de personnes présentes m’a fait poser des question : est-ce que les linuxiens marocains sont aussi rares ou est-ce qu’ils n’étaient pas au courant ? Je pense qu’ils sont rares, pour deux raisons. La première, les organisateurs ont bien fait connaître de cet événement. Moi-même, j’ai vu l’affiche de la Linux Party bien avant la mise en place du programme. C’était également facile de la trouver dans le site de l’EMI. Deuxième chose, comme je connais pas mal d’élèves ingénieurs informaticiens, je peux confirmer que la plupart ne savent même pas ce qu’est la GPL. Que dire de ceux qui l’ont lu ? Je parle toujours des futurs informaticiens marocains. Que dire du grand public ? Je ferme cette parenthèse et je reviens à la Linux Party.

Apres un discours du je ne sais qui, le directeur de l’EMI peut-être, où il nous a rappelé les quatre principes fondamentaux sur lesquels repose la philosophie de l’Open Source, il fallait passer à la première conférence, mais avant, il fallait faire fonctionner le vidéo projecteur. Pour cela, il nous a fallu attendre une dizaine de minutes. La première conférence s’intitule « Distribution Miftaah ». Elle était animée par M. Belrhitri Mohammed, un étudiant en deuxième année génie informatique, à l’EMI, et M. Jaco Dutoit, de l’UNESCO. Jusqu’à maintenant, je ne vois pas le lien entre la Distribution Miftaah et le thème. J’ai résisté au sommeil, mais sans succès. En fin de compte, j’ai préféré sortir jouer un peu de basket ! À mon retour, j’ai assisté à un débat chaud entre deux personnes faisant partie du public. Le premier a invité les linuxiens à coopérer avec les logiciels non Open Source. Surtout les systèmes d’exploitation. Le deuxième, Zakaria, était totalement contre.

Après la première conférence, c’était le tour des ateliers, en général, c’était comme l’année dernière, sauf que cette année, j’ai remarqué que la plupart des machines tournaient sous Ubuntu.

L’après-midi, il y’avait une seule conférence, celle de M. Martin Springer et qui avait pour titre « Médias, logiciels libres et qualité ». Il a bien expliqué le sujet et sa présentation était bien structurée, même si je comprenais pas assez ce qu’il disait mais je m’aidais avec ses animations Flash que j’avais bien aimé. Lors de sa présentation, lorsqu’il a abordé les DRM, Zakaria, précédemment cité, est sorti du public pour déclarer que nous somme contre la DRM (we are against DRM) , chose qui a poussé M. Springer à demander au public : combien de personnes ici sont contre la DRM ? A ma grande surprise, nous étions quatre ! Je vous laisse commenter 🙂

On a terminé la journée avec la projection de la vidéo de Richard Stallman. Rien de spécial. Il reprend son discours habituel 🙂