La fin imminente du marché des Netbooks est envisageable dès cette année 2013. Lancés depuis 2007 par ASUS, ces petits, mais combien puissants PC portables vont disparaître définitivement sur les marchés occidentaux et même dans les pays moins développés.

netbook

L’année 2012 aura été celle de la réussite des Smartphones, des tablettes tactiles ou des Ultrabooks, mais aussi celle de la mort lente des Netbooks…

Pendant cinq ans, le programme OLPC (One Laptop Per Child) a été lancé pour équiper les enfants les plus pauvres de la planète d’ordinateurs portables.

Une initiative largement suivie par l’ensemble de la communauté internationale dans la mesure où des réflexions sur les moyens d’aider les enfants démunis n’arrêtent de préoccuper la morale des institutions.

L’ordinateur, de petite taille et de caractéristiques faibles, permet toutefois de connecter sur Internet.

Développé principalement par le MIT (Massachusetts Institute of Technology), le programme a connu de fortes commandes allant jusqu’à plusieurs millions de dollars.

Mais ASUS lança en même temps le fameux EEE PC de Taïwan en 2007. Fonctionnant au départ sous Linux, l’ordinateur fut ensuite accompagné d’un Windows XP spécial.

Mais à la fin, le marché fut submergé avec l’entrée en scène d’ASUS et ACER. Des concurrents imbattables Avec de nombreux concurrents de grande renommée, le marché a connu une baisse importante lorsque certains ordinateurs portables classiques sont alignés aux Netbooks du point de vue précepte tarifaire.

Les tablettes ont petit à petit dominé le marché des Netbooks…

De plus, des tablettes tactiles narguent audacieusement les propriétés des Netbooks, entre autres, la légèreté, l’autonomie et la simplicité, mais aussi la possibilité d’ajouter un clavier.

En fait, de concurrents sérieux contournent les voies des Netbooks pour les asphyxier à la fin. De nombreux constructeurs ont alors abandonné le marché. Les grandes firmes asiatiques se désistent doucement.

Et actuellement, les deux leaders ASUS et ACER ne tarderont pas à lever l’ancre. Microsoft est aussi responsable de la mort des Netbooks avec la fin de Windows 7 avec un tarif extrêmement bas.

Et le tarif de Windows 8 est beaucoup plus gonflé que celui de Windows 7. Si l’on s’aventure à faire appel au service de Windows 8, le coût des Netbooks sera très élevé pour faire abandonner les consommateurs du marché au profit d’autres matériels.

Écoulement progressif des stocks Avec la chute des ventes des Netbooks, ASUS prévoit cinq cent mille unités écoulées au dernier trimestre 2012.

Une annonce de DigiTimes prévoit que les deux firmes, ASUS et ACER, ne produiront plus des Netbooks, mais sont astreints d’écouler leur réserve. Cette nouvelle est prématurée sachant que de nombreux Netbooks portant les marques ASUS sont encore vendus dans les grands magasins.

La mort certaine du marché des Netbooks est pourtant une réalité sans faille.