Les jeux Playstation de conception japonaise confèrent aux utilisateurs la possibilité de se ramener à des ventes des occasions dont les prix sont parfois alignés à celui des originaux.

sony-playstation-3

De nombreux joueurs en profitent pour une reprise de leurs anciens matériels dans le but de faire des bénéfices. D’autre part, les acheteurs n’hésitent pas à entrer en concurrence pour récupérer les matériels d’occasion, d’abord parce qu’ils sont encore fiables, mais aussi pour pouvoir créer la chaîne de revente.

Un système de reprise et de liquidation se met ainsi en place, et les matériels d’occasion sont expédiés expressément après quelques temps de fonctionnement. Ici, les acheteurs ne manquent pas d’adhérer à la procédure tandis que les vendeurs créent des opportunités pour liquider leurs matériels. Le marché japonais des nouveaux Playstations se trouvent ainsi concurrencé par l’existence de ce système d’échanges et de commercialisations des occasions.

Tendance vers le marché zéro des occasions

Le constructeur japonais ouvre un nouveau débat en annonçant le blocage ultérieur du marché des occasions. L’opération débute par une demande de brevet effectué aux Etats-Unis par Sony. Le système de vente des occasions pourrait être très sérieusement touché par cette intervention.

En effet, le bureau américain des brevets a mis à jour la demande japonaise déposée le douze Septembre 2012. Les forums NetGAF ayant repéré la requête, elle vise à protéger un dispositif capable d’identifier un jeu déjà utilisé. D’après ArsTechnica, un marqueur de type RFID intégré au sein du disque d’un jeu pourrait empêcher la lecture d’un titre ayant déjà été servi. En définitive, lorsque le CD est introduit dans la console de jeu équipée de ce système, le dépistage automatique s’effectue.

Si le jeu a été déjà utilisé, les paramètres s’affichent et le propriétaire pourrait être saisi et intrigué. Le dispositif permet ainsi de limiter les marchés du jeu des occasions et pourrait également annuler le mécanisme de prêt traditionnel même à titre gratuit.

Opposition de longue date

La filière de jeu vidéo a été le théâtre d’opposition de longue date sur la revente des occasions. Un éditorial titrait en Juillet 2011 que « la mort des occasions est en marche ». Des opinions sont diffusées par les journaux concernant les ventes d’occasion. Une sorte de sensibilisation de masse a été effectuée par la firme japonaise pour lutter contre le marché des occasions.

Mais la riposte des consommateurs ne tarde pas, non plus, à venir. Des plaintes ont été déposées contre trois distributeurs et quatre éditeurs de jeux vidéo, relevant ainsi la volonté des acheteurs de vulgariser au maximum la revente des occasions. Ces revendications postulent que les consommateurs ont le plein droit de se procurer des occasions, puisque les prix sont aussi chers que ceux des nouveaux matériels fraîchement sortis de firmes.

Par ailleurs, nous pouvons retenir que la firme japonaise SONY est déjà accusée de vouloir frustrer la revente des occasions. La nouvelle Playstation prévue pour 2013 fait déjà l’objet de spéculations autour d’un système de blocage des jeux, qui vise à mater le marché des occasions.