Avis aux gamers : courrez vite vous inscrire, car avec un peu de chance, vous serez sélectionné pour participer au lancement de la version bêta du client Steam sous Linux.

En effet, un formulaire a été mis en ligne récemment pour les joueurs désirant participer au lancement du premier client Steam sous Linux. Si vous voulez donc tenter l’expérience bêta, rendez vous sur http://www.valvesoftware.com/linuxsurvey.php et remplissez tous les champs du formulaire concerné.

Les questions auront un rapport avec le matériel informatique que vous utilisez, ainsi que la configuration de votre logiciel.

Une fois envoyées, vos demandes de participation seront étudiées au bout de quelques jours seulement, mais malheureusement, les places sont limitées à 1000, ce qui oblige Valve à sélectionner les plus chanceux d’entre vous.

Pour savoir si vous avez été choisi, il vous suffit de  surveiller votre compte Steam via lequel vous recevrez une notification de la part de Valve. Soyez donc attentif dans les jours à venir car le lancement sera bien rapide !

Toujours selon Valve, un seul jeu vous sera proposé comme premier test. Certains pensent que ça sera Left 4 Dead 2, mais rien n’a été encore confirmé pour l’instant.

Petite remarque : le site a indiqué que la participation est recommandée seulement aux utilisateurs expérimentés de Linux.

En ce qui concerne la compatibilité, le client Steam requiert au minimum la version Ubuntu 12.04.  Des versions plus récentes seront également prises en charge. Côté affichage, le mode Big Picture n’est malheureusement pas supporté, du moins pas pour l’instant.

Valve insiste sur le fait qu’il s’agit d’une version bêta, ce qui veut dire que la version officielle qui sortira après des tests et des modifications sera certainement beaucoup plus complémentaire.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cet événement n’est pas aussi innocent qu’il ne parait. En réalité c’est la réponse de Gabe Newell, à la sortie du Windows 8.

Le PDG de Valve vient de démontrer qu’il ne se limite pas aux mots et qu’il sait mettre à exécution ses menaces.