Peut-on imaginer la procédure de mise en vente des tablettes de ces grandes firmes qui accaparent de gigantesques bénéfices. Comment agissent-elles pour attirer les clients ? Certes, le goût de la modernité est bien présent chez chaque individu, mais il semble qu’il y a quelque chose qui nous échappe.

Samsung Galaxy SII

Les industries de tablettes connaissent un essor remarquable dès la première commercialisation. La loi de l’offre et de la demande fonctionne sans faille pour répondre au besoin de l’entreprise et surtout des clients. Samsung, ayant effectué un bilan officiel de ses activités en téléphonie mobile, a divulgué l’ensemble de ses livraisons, qui dépasse les cent millions.

Timide apparition du Galaxy S ?

Le Galaxy S, statuant ses opérations à vingt-quatre millions de produits écoulés, draine un silence figé face à son successeur le Galaxy SII, qui lève un ton de quarante millions d’unités vendues pour des opérations de ventes qui s’échelonnent pendant vingt mois.

Faisant pourtant l’unanimité par rapport à ses qualités, les acheteurs hésitent sur un ensemble de points qui les font reculer. Toutefois la loi de la succession est bien assise lorsque le Galaxy II essaie de pénétrer le marché. La domination sur le marché est incontestable pour ce matériel qui a su faire vibrer le cœur des évadés qui s’élancent pour un achat immédiat. Et les résultats parlent d’eux-mêmes. Sur deux générations successives, soixante-quatre millions de vedettes Smartphones sont jetées entre les des acheteurs impatients.

Galaxy SIII, plaque tournante du marché

Le Galaxy SIII constitue le géant parmi les Smartphones du géant coréen. Au fait, c’est un géant dans un géant ! Avec quarante millions de produits écoulés jusqu’à présent, le Galaxy SIII surpasse toutes les spéculations par le nombre colossal de ses produits qui sont mis en vente. Les activités commerciales de la firme coréenne sont en train de conquérir des horizons plus vastes où les clients pullulent en convergeant leur regard sur ces Smartphones du Sud-Est asiatique.

Mais surtout, le Galaxy SIII reste le seul maître dans une période sans transition commerciale, où chaque client s’offre d’une merveille à la seule vue du matériel. Son design séduisant incombe à chaque individu, qui ose jeter un coup d’œil, les inclinaisons les plus profondes pour s’approprier d’une conviction rare, le ramenant jusqu’à la porte de l’achat sans point de rebroussement !

Pourtant des controverses ?

On vient finalement élucider la question qu’on s’est posé en premier paragraphe. De tels chiffres et possibilités ne sont acquis que grâce à une sorte de manipulation douteuse. Les déclinaisons des nouveaux Galaxy annoncés n’ont parfois de nouveaux que son nom. La nouvelle version de Galaxy II proposée est parfaitement identique à lui-même. Nous espérons dans tout ceci que le nouvel arrivant Galaxy IV, parviendra à combler les trous occasionnés par ces pratiques mal placées.