Electronic Arts serait, depuis longtemps, intéressé d’acquérir Valve, le géant des jeux Half Life, Portal, Counter Strike, ainsi que d’autres jeux intéressant et connus…

À la fin d’une longue série de plusieurs thèmes différents développés au fil des ses pages, le quotidien américain New York Times, a laissé infiltrer des idées selon lesquelles le géant Electronic Arts, pense intégrer Valve en son sein, afin de compléter le schéma de la liste de ses entreprises filiales…

La  fantastique somme de 1 milliard de dollars serait mise à l’épreuve pour se placer au-delà des tractations de longue durée entre les deux sociétés.

Electronic Arts devra payer deux fois plus cher, pour obtenir Valve

Alors que l’achat par Microsoft d’une autre grande société passe par le fil des oreilles – toutefois, sans être véhiculé que par les rumeurs- la question qui préoccupe bon nombre de personnes est de savoir si Valve serait vraiment un jour aux mains d’Electronic Arts.

La feuille de cartouche avancée par Electronic Arts suffira-t-elle à impressionner Valve ? Cèdera-t-elle aux pressions léguées par l’acheteur s’emmenant d’une forte somme de 1 milliard de dollars ? Il faut dire que jusqu’à présent, Valve n’a laissé filtrer aucun indice susceptible de connaître son intention par rapport aux insistances-si habiles soient elles- d’Electronic Arts.

Si depuis plusieurs années, les deux géants s’affrontaient pour convaincre l’un et l’autre afin de gagner du terrain, Electronic Arts n’arrive pas toujours à atteindre son but, plus que précis, celui de  réaliser finalement son rêve de mettre la main un jour sur Valve.

À finances privées, en effet, Valve coûte bien au-delà de ce qu’espère Electronic Arts. Sa vraie valeur n’est pas de 3 milliards de dollars, mais  en tout cas, elle coûte deux fois plus que ce qu’espère payer Electronic Arts. Un éminent analyste chez Wedbush Securities laissa dévoiler le prix de Valve, qui est à concurrence de 2,5 milliards de dollars.

Si c’est le cas, Electronic Arts ne se nourrissait-t-elle pas d’amères illusions en s’argumentant d’une somme deux fois moindre par rapport au prix réel ? Mais de toute façon, 1 milliard de dollars n’est pas une poupée à jouer ! Le monde actuel s’en débarrasse difficilement, ne serait-ce que dans ses pensées?

Valve veut se suffire à elle-même

Une autre argumentation qui creuse le fossé refoulant la démarche d’Electronic Arts, à la limite de ses possibilités, est l’autonomie de Valve.

Cette indépendance lui confère la plus value  pour étendre ses activités à côté des grandes sociétés, comme Electronic Arts, qui tablent sur ses performances tentaculaires. L’introduction de la plate forme Stream dans ses ailes porteront Electronic Arts dans de vastes ambitions sans frontières.

Mais les hauts responsables de Valve estiment plus avantageux le fait de maintenir la société dans son autonomie. L’abandonner serait absurde !

Itinéraire inconnu

Actuellement, Valve se projette vers la fabrication de matériels  en grande quantité, selon les analyses des experts, même si un employé a démenti cette hypothèse.

Les tendances actuelles ne permettent guère de situer le chemin par où se focalisent les actions et les idées essentielles qui surplombent les assises de la société. Valve vit une réalité de plus en s’échappant vers l’inconnue !