Si vous utilisez des réseaux sociaux ou des systèmes d’email gratuit, souvenez vous de cette phrase : « si vous ne payez pas pour un service, c’est que vous n’êtes pas le client, mais le produit ».

instagram

Vous ne payez pas des frais pour utiliser un site ? Vous y mettez des photos, fichiers ou d’autre données ?

Les sites comme Facebook, Google ou Microsoft et beaucoup d’autres produisent des contenus grâce à VOS contenus.

Soyez donc vigilants avec les sites gratuits en ligne, comme Facebook ou Instagram

L’utilisation des services gratuits sur Internet présente des risques parfois difficiles à digérer.

Les données qu’une personne peut présenter sont analysées et traitées pour être directement utilisées ou subir des modifications afin de les transformer en de nouveaux produits pour compléter des documents du site.

Pour se protéger contre ces pratiques (souvent illégales), que les réseaux sociaux peuvent faire, il faut absolument connaître les règles qui entrent en viguer afin d’éviter un soi-disant minimum de risque.

Il faut connaître que la centralisation des données est l’objet de convoitises de la part des responsables de sites, afin de puiser des contenus qui leur seront utiles à des fins lucratives (utiliser vos emails pour afficher de la publicité ciblée, utiliser vos photos ou emails de vos amis pour attirer de nouveaux membres…).

Il faut surtout penser au fait que Internet laisse des traces qu’on ne peut pas effacer facilement (souvent, un email ou message effacé d’un serveur reste très longtemps après la suppression, même s’il n’est pas visible dans votre boite de réception), et qui peuvent être saisies pour des fins utilitaires.

En fait, on est exposé à tous les risques et pour éviter de fâcheuses situations, il faut maîtriser vos données sur l’internet.

Avez-vous entendu parler de la vague anti-Instagram ?

La presse écrite a lancé ces derniers temps une  campagne anti-Instagram. Une sorte de mobilisation massive est menée par des journalistes des presses de haut niveau afin d’attirer l’attention des internautes pour sauver leurs photos des utilisations illicites par Instagram.

Les titres des journaux se focalisent sur les pratiques illicites de ce site, en appellent aux internautes de prendre des précautions. La masse connectée est ainsi avertie du danger créé par la mise en ligne des photos.

Le doute, l’une des armes principales du journaliste (et du citoyen)

Notons que l’affaire d’Instagram n’est pas la seule à avoir marqué les internautes ces derniers jours…

Il y a eu une vidéo où un aigle a emporté un enfant dans le parc Mont Royal (à Montréal, Canada), qui a fait énormément parler d’elle ! Plus de 22 millions de vues, en 6 jours seulement.

Cette vidéo, à la surprise de nombreuses personne, est fausse et a été crée par des étudiants.

Aussi étrange que cela puisse paraître  cette vidéo a été reprise par des médias (français et de bien d’autres pays) sérieusement, comme si il n’y avait aucun doute :

Regardez la vidéo :

Image de prévisualisation YouTube

Les effets spéciaux sont excellents, mais la naïveté des journalistes est vraiment inquiétante  En voyant ça, il faut toujours prendre les nouvelles avec des pincettes…